Manifestation en souvenir de Oury Jalloh

Dimanche, 07 janvier 2007
Berlin: 13 h Hackescher Markt
Dessau: 13 h Hauptbahnhof

Oury Jalloh est mort brûlé dans une cellule de la police de Dessau le 7 janvier 2005.
Deux années sont passées, le tribunal de Dessau bloque toujours l’ouverture d’une enquête judiciaire envers les deux policiers responsables au moment des faits. Ceci prouve que les motifs réels et les circonstances du décès d’Oury Jalloh sont gardés secrets par la police et la justice.

Il y a 6 mois, Dominique Kouamadio a été fusillé par un policier à Dortmund.
Laye-Alama Condé et John Achidisont morts il y a deux et cinq ans par étouffement.
Amir Ageeb et Kola Bankole ont été assassinés durant la procédure de reconduite à la frontière.
N’deye Mareame Sarr a été fusillée par un policier dans l’appartement de son ex-mari il y a quatre ans.

Dans chacun de ces cas, l’enquête afin de connaître les causes du décès a été interrompue par la police, tout comme dans nombre d’histoires du même type.

Dans ce pays, les personnes qui ne sont pas de couleur blanche ou d’origine « non-allemande » sont quotidiennement menacées de mort par les policier-e-s allemand-e-s, tout comme par les institutions et les néo-nazis.
Vendredi 7 janvier 2005, Oury Jalloh, âgé de 22 ans et originaire de Sierra-Leone a été immolé, en plein jour, aux alentours de midi dans une cellule de police. La justice affirme qu’il s’est auto-immolé à l’aide d’un briquet. Un briquet que les policiers ont sans doute oublié de le lui prendre lors de la fouille…
Pourtant, à ce moment, Oury Jalloh était pieds et mains liés,allongé sur un matelas au dessus d’un socle en béton difficilement inflammables et cela dans une pièce carrelée du sol au plafond.
Durant un long moment, le policier de garde ignore l’alarme incendie ; pendant ce temps, Oury Jalloh brûle.

Un rapport confirme que si le policier avait réagi immédiatement, Oury Jalloh aurait pu être sauvé. Mais le parquet n’engage pas de procédure contre l’agent.
Depuis deux ans,le parquet cherche des raisons de ne pas ouvrir l’enquête judiciaire.
Il semblerait que de nouvelles recherches doivent être désormais menées, plus de deux ans après les faits. Au sujet d’un autre policier, l’enquête a été récemment interrompue par la justice.

Jusqu’à présent, ni de la part de la police, ni de la part de la justice, aucune excuse n’a été présentée. De même, il a été refusé d’indemniser la famille d’Oury en vertu du préjudice subi. Au lieu de cela, un des meilleurs amis d’Oury, celui qui a le plus lutté pour que justice soit rendue, a été victime de répression ainsi que 10 autres activistes qui, dans le cadre de la campagne contre le meurtre de Oury Jalloh ,ont été inculpés en vertu de « délits » divers et variés.

Depuis plus de deux ans, diverses initiatives de migrant-e-s, demandeurs d’asile, antiracistes, se sont mobilisées pour rompre le silence et exiger des explications ainsi que justice et réparations pour Oury Jalloh.
Depuis plus de deux ans l’administration allemande criminalise notre attitude et cache la vérité.

Notre lutte ne va pas cesser. Ni les répressions,ni les mensonges, ni l’impunité ne nous empêcherons de nous lever et de faire entendre notre voix et de combattre contre l’injustice systématique.
Puisqu’ils se permettent de parler de suicide bien que tout prouve le contraire,alors nous sommes en droit de parler de meurtre.

Nous sommes tous Jalloh!
MOBILISEZ VOUS!

Le 6 janvier est organisée à Dessau une conférence contre le racisme et la brutalité policière par la communauté noire africaine en Allemagne soutenue par les activistes mobilisés dans la lutte anti raciale. Les victimes de cette violence institutionnelle y seront honorés et commémorés.

Nous lançons un appel, à toutes les personnes solidaires et les invitons à participer à la conférence de Dessau le 6 janvier ainsi qu’à la manifestation à Berlin et à Dessau le 7 janvier.
Nous commémorons, à l’occasion de ce jour, toutes les personnes qui sont quotidiennement assassinées au nom du racisme et du capitalisme, et cela aussi bien à l’intérieur de l’Union européenne et ses frontières infranchissables que celles qui ont été et qui sont tuées systématiquement, victimes de la colonisation, du trafic d’armes et des dictatures.
Si vous ne parvenez pas à participer à l’une de ces manifestations, organisez quelque chose dans votre ville.

Rompons le silence !

Stoppons la terreur policière envers les migrants et refugiés !

Initiative en souvenir de Oury Jalloh Berlin et Dessau
mail: initiative-ouryjalloh@so36.net
Tel: +49.176.254.33.750

Unterstützt von:

  • Antirassistische Initiative e.V (ARI),
  • Flüchtlingsinitiative Brandenburg (FIB),
  • Für eine linke Strömung (FELS),
  • Plataforma der Flüchtlinge und MigrantInnen,
  • The Voice Refugee Forum,
  • Karawane Network Germany

Compte pour dons:
Antirassistische Initiative e.V.
Kontonummer: 3039600
BLZ: 10020500
Bank für Sozialwirtschaft
Stichwort: Dessau

Advertisements

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden / Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden / Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden / Ändern )

Google+ Foto

Du kommentierst mit Deinem Google+-Konto. Abmelden / Ändern )

Verbinde mit %s